Quand on dit que le FN n’est pas un parti respectable.

un article de Médiapart

« Neuf mois de prison et le FN condamné pour avoir comparé Christiane Taubira à un singe

16 JUILLET 2014 |  PAR LA RÉDACTION DE MEDIAPART

Anne-Sophie Leclère, ex-candidate Front national aux élections municipales, a également été condamnée à 50 000 euros et 5 années d’inéligibilité. Le FN écope de 30 000 euros d’amende.

Anne-Sophie Leclère, ex-candidate du Front national aux élections municipales à Rethel, dans les Ardennes, a été condamnée, mardi 15 juillet, à neuf mois de prison ferme pour avoir comparé Christiane Taubira à un singe. Le tribunal de Cayenne, qui avait été saisi après une plainte du mouvement guyanais Walwari, a en outre prononcé une peine de 50 000 euros et de cinq années d’inéligibilité. Également poursuivi, le Front national a été condamné à 30 000 euros d’amende.

Commerçante de 33 ans, Anne-Sophie Leclère avait déclenché un tollé au mois d’octobre 2013 en diffusant sur Facebook un photomontage comparant Christiane Taubira à un singe. Interrogée dans le cadre d’un reportage de l’émission « Envoyé spécial » diffusé le 17 octobre par France 2, la candidate frontiste avait alors assumé totalement cette comparaison. « À la limite, je préfère la voir dans un arbre après les branches que la voir au gouvernement comme ça », avait-elle déclaré, assurant que « c’était de l’humour » et que « ça n’a rien à voir avec du racisme ».

Le FN avait désavoué sa candidate qui avait été exclue du parti au mois de décembre 2013, son vice-président Florian Philippot évoquant « une erreur de casting ».

Peu après l’annonce de la décision du tribunal de Cayenne, le parti frontiste, qui avait demandé la récusation du juge au motif de son appartenance au Syndicat de la magistrature, a dénoncé des « condamnations révoltantes ». « Il doit s’agir des condamnations les plus importantes prononcées depuis longtemps en matière de liberté d’expression », affirme le FN dans son communiqué.

De son côté, le secrétaire régional du mouvement Walwari a salué une « décision historique et salutaire ». « Une institution notable de la République reconnaît que le Front national est condamnable par le droit et qu’il s’agit d’un parti raciste, a-t-il déclaré. Nous espérons que cette décision va faire date. »« 

Voilà enfin une condamnation du racisme au niveau de l’insulte à l’Humanité qu’il représente, régulièrement pratiquée par les plus hauts dirigeant du FN seule la valetaille qui se fait prendre est exclue, ils vont faire appel, comme d’habitude, en attendant la confirmation.

A Hénin-Beaumont, l’arbre de la Liberté cache la forêt de la censure

IMG_0554

Le 4 juillet, la référence de la version numérique du bulletin n° 2 du journal municipal a été mise en ligne sur la page Facebook de la ville.

« Petite question aussi. n°2 et toujours pas d’espace de libre expression pour l’opposition or, en attendant un éventuel nouveau règlement intérieur qui définisse des modalités nouvelles, c’est l’ancien règlement qui prévaut. Donc aucune excuse. »

Ce commentaire en forme de question s’étonnait de ne pas voir dans ce nouveau bulletin un espace de libre expression pour l’opposition municipale. Il a été censuré.

Cette question les Héninois ne pourront la connaître que sur le blog de Vig!lance ?

Aujourd’hui le maire Briois peut bien planter en grande pompe l’arbre de la Liberté, qui peut croire un instant à la sincérité d’un élu d’un parti d’extrême droite qui ne renie par les fréquentations nationalistes royalistes. Pour nous, cet arbre qui n’a fait de mal à personne, nous l’appellerons l’arbre de la Censure.

Jumelage HENIN-BEAUMONT / HERNE : Le FN est un problème.

Personne n’a relaté la décision de la ville de HERNE, jumelée avec la ville de Hénin-Beaumont, prise fin juin d’annuler les cérémonies officielles célébrant le 60ème anniversaires du jumelage.

Un article paru le 1er juillet dans le journal allemand WAZ fait état de cette décision suite à une résolution en ce sens proposée au vote du conseil municipal local.

Les Héninois n’en savent donc rien. Notre collectif citoyen Vig!lance a donc établi une traduction complète de cet article que vous trouverez ci dessous.

La résolution proposée par les Verts locaux (alliés du SPD) a été soutenue par les élus des petits partis de gauche (Die Linke, Pirates, AL) et approuvée suite à l’abstention des deux groupes principaux SPD (sociaux démocrates) et CDU (droite). (Voir la répartition des groupes en fin d’article)

Il apparaît que ce vote n’a pas la clarté d’une approbation majoritaire nettement affirmée (abstention du SPD) du rejet de la relation avec des élus français membres du FN.

Mais que les élus de droite CDU fassent argument, pour s’abstenir, de la référence à l’arrivée au pouvoir à Hénin-Beaumont de l’extrême droite par un vote démocratique fait froid dans le dos. La faiblesse de la démocratie est de s’abstenir et on a vu ce que cela a donné dans les années 30 avec l’arrivée d’Hitler au pouvoir.

Ces positions et appréciations mi figue mi raisin du SPD et de la CDU donnent à réfléchir et nous incite à d’autant plus de détermination pour cette nécessité de la Vig!lance et de la résistance aux idées que propagent le FHaine.

« Le ventre est encore fécond d’où a surgit la bête immonde. » écrivait Brecht.

En tout cas, cela montre que, même après ravalement de façade, le FN pose problème, embarrasse et nuit aux bonnes relations avec les autres. A nous de montrer qui ils sont vraiment derrière leurs sourires et leurs courbettes.

Vig!lance 

Jumelage Herne_Henin-Beaumont Le FN est un problème 1Jumelage Herne_Henin-Beaumont Le FN est un problème 2 Jumelage Herne_Henin-Beaumont Le FN est un problème 3

 

Pour compléter votre information : sur le site du parti Pirate

herne_henin_Pirate Doc 1herne_henin_Pirate doc 2herne_henin_Pirate doc 3herne_henin_Pirate Doc 4

LE 21 JUIN, LA MUSIQUE DU MENSONGE PAR LE FHaine

 

Si l’on en croit le tandem héninois de la communication BRIOIS-BRICE, nous aurions, selon les écrits du maire dans son éditorial du journal municipal, «perturbé la fête de la musique en tentant de monter de force sur le podium des artistes en répétition». Cela n’est rien d’autre qu’un mensonge.

En réalité, pour entonner en cœur place Carnot, à une centaine de voix, le chant des partisans, nous avons demandé aux musiciens en répétition d’interrompre leur son le temps de cette chanson. Ce qu’ils ont fait de bonne grâce, car entre artistes, qui étaient aussi nombreux à chanter avec le collectif Vigilance que sur scène, le courant passe comme on dit.

 

En fait nous avons surtout dérangé et perturbé la démagogie des élus front national, maire en tête, qui se sont pavanés tout l’après midi place Carnot lors des chansons reprises de Renaud, oubliant que celui les a créées a chanté «Elle est facho» en «hommage» à la blonde.

Par ailleurs, atteint de cécité sélective, monsieur le Maire n’a vu que « des militants socialistes et communistes » perturbateurs, comme la VdN des gauchistes, car ce qui agace en réalité, c’est la très grande diversité des couleurs de celles et ceux qui ont créé cet événement, relaté dans toute la France à travers les réseaux sociaux.

 

Oui, nous avons surpris, et dérangé la bienséance cravatée du maire, « gendre parfait qui sourit toujours », en nous groupant à l’appel du Collectif citoyen Vig!lance une centaine de tous âges sur les marches de l’Hôtel de ville pour manifester la résistance d’Hénin-Beaumont aux idées de l’extrême droite en chantant. Pas n’importe quel chant, celui des partisans.

Bien sûr notre chorale n’avait pas demandé l’autorisation, car pour défendre la Liberté, l’Egalité et la Fraternité, pas besoin d’autorisation.

Par contre, dans la page du journal municipal, relatant « le cru exceptionnel ! » de la fête de la musique ne figure pas de photo de notre chorale citoyenne qui justement a fait exception.

La voici pour rectifier cet oubli.

LE CONSEIL MUNICIPAL, UN NOUVEAU CIRQUE A HENIN-BEAUMONT ?

La salle du conseil municipal sert désormais de lieu d’expression de la pseudo démocratie mise en scène par le FN. Attention ! Rien n’est laissé au hasard, rien n’est anodin.

Premier conseil municipal : On y avait vu des citoyens héninois, jugés indésirables, repérés et filtrés, se faire interdire l’accès à la mairie par la complicité d’un Préfet zélé qui avait dépêché ses CRS pour contenir la « horde » des opposants au FN. Monsieur Briois s’était déclaré irresponsable de ce pétard mouillé au grand dam de son service com bien déçu qu’aucun incident n’éclate pour son investiture sous protection policière. Le service d’ordre personnel du nouveau maire se chargea d’expulser manu military une citoyenne bien connue pour son opposition. Très mauvaise première impression répercutée largement par les médias.

Deuxième conseil municipal : On y avait vu de nombreux citoyens relégués dans le couloir. En effet, pourtant venus plus d’une demi-heure avant la séance, à l’ouverture de la porte principale, ceux ci avaient constaté que le « public » occupait déjà toutes les places. Ce « public », convoqué par le FN une heure avant, disposait en fait d’une entrée privée par le service d’accueil de la mairie, ce qui permit, dès 18h, soit une heure avant le début du conseil, de bourrer l’espace réservé au public. Ce fait a été dénoncé dans la presse, deuxième mauvais coup.

Troisième conseil municipal :

Première astuce, faire davantage de place au public.

Le public acquis au FN est toujours mobilisé de manière militante et est informé qu’il dispose d’une entrée particulière par le service d’accueil puisque tous s’y présentent « spontanément » et, disciplinés, toujours bien avant l’heure.

Connaissant le truc, les autres sont donc aussi entrés par là, où Monsieur Brice, adjoint au maire, faisait le service d’accueil (et non plus de contrôle) à la porte, en donnant l’excuse de ne pas faire attendre sous la pluie devant la porte principale encore fermée.

Donc cette fois la salle réorganisée offre davantage de places et permet d’accueillir assis l’ensemble du public.

Deuxième astuce, reléguer l’opposition.

En effet, augmenter la place du public impliquant de réduire l’espace occupé par les tables auxquelles siègent les élus, ces tables sont organisées sur deux rangs. Cette configuration permet astucieusement de mettre toute l’opposition en deuxième rideau derrière un premier rang d’élus FN. C’est en fait une manière de minimiser physiquement la présence des élus d’opposition qui auraient pu être eux aussi installés à une extrémité sur deux rangs. Ce n’est donc pas anodin.

Troisième astuce, utiliser, voire manipuler le public.

En le laissant réagir, voire en activant les réactions, les élus FN se font complaisamment applaudir, voire, ils déclenchent eux mêmes des applaudissements, par exemple en réponse à l’exposé d’un élu d’opposition critique à l’adresse de la politique gouvernementale. Chaque intervention d’un élu d’opposition est systématiquement perturbée par l’intervention du public qui ne suscite aucun rappel à l’ordre, notion pourtant prisée du FN. Dans ce contexte, les quolibets sont utilisés systématiquement par monsieur Briois pour ridiculiser les membres de l’opposition sous les applaudissements du public. Cette mise en scène du public a eu comme résultat qu’une personne a lâché un « connard » à l’adresse d’un élu d’opposition. Le maire n’a fait aucun rappel à l’ordre, au contraire, il a minimisé l’incident en indiquant que l’on ne savait pas qui était visé.

Il faut rappeler que la majorité FN ne représente en fait que 30% des électeurs inscrits et si monsieur Briois se prétend le maire de tous les héninois qu’il commence par instaurer la sérénité des délibérations du conseil municipal. C’est le moindre du respect du à autrui, si ce mot à un sens pour l’extrême droite.

Il nous revient, en tant que citoyens, de ne pas laisser s’installer ce cirque organisé car c’est en réalité la conception du débat démocratique contradictoire qui est en jeu. 

Une première exigence de réponse pour les élus d’opposition : prendre la parole systématiquement debout.

 

 

LA CULTURE DU REVISIONISME A LA MAIRIE D’HÉNIN-BEAUMONT

A propos de la journée de commémoration de la déportation la Voix du Nord du 5 avril 2014 publiait une interview de l’adjoint à la culture :

Un rendez-vous doublement symbolique dont la perspective met aujourd’hui en émoi une bonne partie des associations patriotiques locales […] Une défiance que l’adjoint à la vie associative, Christophe Szczurek, n’a pas encore eu le temps de mesurer, lui qui explique avoir passé ses premiers jours de mandat au chevet de la vie culturelle : Le devoir de mémoire, on va dès le 27 avril observer toute la solennité qu’il suppose. Vous savez, cette histoire du point de détail, je crois savoir que Jean-Marie Le Pen s’en était excusé dès le lendemain. Et sur notre liste, il y a des gens comme Bruno Bilde, Jean-Robert Havet ou Jean-Richard Sulzer dont les familles ont été victimes de déportation. Nous n’avons aucune ambiguïté sur ce sujet et sommes complètement insoupçonnables sur notre attitude par rapport à la Shoah. On va se rencontrer avec les associations et vite lever leurs craintes. Et cela se fera naturellement, j’en suis persuadé !

Rappel sur le « Point de détail »: Au cours de l’émission du Grand Jury RTL-Le Monde du 13 septembre 1987, Jean-Marie Le Pen avait déclaré, qu’à ses yeux, les chambres à gaz, dans lesquelles des millions de Juifs ont péri, étaient « un point de détail de l’histoire de la Deuxième Guerre mondiale ». Condamné en justice pour ces propos,

LES CHAMBRES A GAZ : UN DETAIL.  » CONSENTEMENT A L’HORRIBLE. BANALISATION D’ACTES JUGES CONSTITUTIFS DE CRIMES CONTRE L’HUMANITÉ.  » Arrêt (de référé, confirmatif) de la cour d’appel de Versailles du 28 janvier 1988, arrêt de la cour de cassation du 11 octobre 1989 (pourvoi de Le Pen rejeté) : sanction des propos tenus par Le Pen à l’émission  » Le grand jury RTL- Le Monde  » du 13 septembre 1987 par lesquels Le Pen avait mis en doute l’existence des chambres à gaz, les considérant comme  » un point de détail « . Deux jugements, sur le fond, du tribunal de grande instance de Nanterre des 11 janvier et 23 mai 1990 et un arrêt de la Cour de Versailles du 18 mars 1991 : pour assertion  » coupablement choquante et en elle-même intolérable « . La justice a considéré qu’il y avait  » atteinte très grave au souvenir, au respect et à la compassion dues aux survivants du génocide et de leurs familles « .

il les avait réitérés en 1997 en Allemagne,

LES CHAMBRES À GAZ SONT UN DETAIL DE L’HISTOIRE DE LA SECONDE GUERRE MONDIALE  » Condamnation par jugement de référé du TGI de Nanterre le 26 décembre 1997 à payer des dommages et intérêts aux parties civiles et à 300 000 francs de consignation pour la publication du jugement dans la presse : Le Pen en visite à Munich était revenu sur le  » détail  » en affirmant :  » J’ai dit et je redit, au risque d’être sacrilège, que les chambres à gaz sont un détail de l’histoire de la seconde guerre mondiale.

Puis, à nouveau en avril 2008 dans le magazine Bretons – diffusé en Bretagne et en région parisienne – et en mars 2009 au Parlement européen.

Monsieur Christophe Szczurek pouvait en deux clics avoir ces informations sur internet, ou bien, premier clic : il pouvait demander à son maire, Secrétaire Général du FN, ou deuxième clic : à sa Présidente, car ni l’un, ni l’une n’ont jamais condamné les propos du patriarche de l’Entreprise Le PEN.

Alors, « croire savoir que des excuses ont été exprimées, dès le lendemain », c’est être révisionniste sur deux points : L’infaillible chef Le Pen ne s’excuse jamais des propos qu’il tient et porte ses condamnations comme d’autres leurs médailles militaires, L’affirmation que le FN est « insoupçonnable dans son attitude par rapport à la Shoah », alors qu’il aille voir du coté des membres fondateurs du FN et des références au trio actuel du négationnisme, le pseudo « historien » (Robert Faurisson), l’ex leader du Front National (Jean-Marie Le Pen) et le seul « intellectuel » (Alain de Benoist), dont pouvaient jusqu’ici se prévaloir les droites radicales.

Sources: http://droites-extremes.blog.lemonde.fr/2011/12/15/le-front-national-na-pas-de-passe-antisemite/

Conseil municipal à Hénin-Beaumont: Le cirque F-Haine commence

Ce mercredi 9 avril, certains citoyens vigilants ont pu (cette fois-ci) assister au conseil municipal, au milieu du fan club de M Briois. Encore une fois, ceux-ci étaient venus en masse et particulièrement tôt pour ne rien rater de cet affligeant spectacle. Le chauffeur de salle n’était pas moins que le nouveau maire M Briois en personne, qu’on a vu à de nombreuses reprises organiser les encouragements et autres applaudissements des spectateurs. M Briois s’est également fait remarquer en ignorant complétement les prises de parole des élus d’opposition. La limite entre autorité et autoritarisme semble être encore un peu floue pour nos nouveaux élus

Les nouveaux élus de la majorité ont été interrogés par des élus de l’opposition sur leurs premières grandes mesures d’urgence: intervention de la garde rapprochée du FN lors du conseil municipal d’intronisation, condamnation en première instance d’une colistière FN de M Briois, Mme Le Pen, et enfin expulsion de la Ligue des Droits de l’Homme de son local. M Bilde était semble-t-il le désigné porte-parole. Peut-être qu’on ne fait pas beaucoup confiance aux autres élus qui n’ont pas encore bien compris le principe de dédiabolisation publique (Il ne faudrait quand même pas qu’ils expriment leurs idées xénophobes en public!). Dans tous les cas, le compagnon de route de S. Briois, M Bilde n’a eu de cesse de mépriser les élus de l’opposition. A ceux qui lui demandaient de ne pas s’interrompre, M Bilde répondait « Je fais c’que j’veux! Je fais c’que j’veux! ». A ceux qui le questionnaient sur l’intérêt de doubler le nombre de collaborateurs du Maire, M Bilde a répondu « Excusez moi mais euh je sais pas euh ou est-ce que vous êtes né mais euh ». Sur la Ligue des Droits de l’Homme, M Bilde a finalement dévoilé le fond de la pensée des élus FN de la commune, les subventions doivent cesser car il n’y a pas d’intérêt communal. Pour information, la LDH a recensé les dernières actions réalisées par un communiqué:

Depuis sa création, la section a multiplié les initiatives citoyennes destinées à la défense et à la promotion des droits de l’Homme : conférences, projections audiovisuelles avec débats sur les droits de l’Homme d’hier à aujourd’hui, interventions en milieu scolaire dans le cadre de l’éducation à la citoyenneté, organisation annuelle d’un concours de poésie « Pour la Fraternité » à l’intention des jeunes et remise de récompenses, parrainages de manifestations sportives (cross de l’UNSS, Usépiades…), distribution massive d’exemplaires de la Déclaration Universelle des droits de l’Homme, présentation d’expositions pour la paix, les droits des femmes, les droits de l’enfant, contre l’exclusion et la xénophobie

 

Et que dire du parachuté parisien Sulzer qui s’en est violemment pris à la Ligue des Droits de l’Homme en leur réclamant 36 000€/an pour les 5 dernières années d’occupation des locaux par la LDH. Au-delà du symbole, on se demande comment cette requête pourrait être juridiquement valable, sachant par exemple que le local est occupé par deux autres associations… Allons le professeur d’économie à Paris Dauphine…600€ x 3 = 1800€: Cela ne fait-il pas beaucoup pour ce local occupé quelques heures par mois par quelques associations? Notre ville mérite un peu plus de sérieux.

 

 

Les droits de l’Homme n’ont plus leur place à Hénin-Beaumont

Les deux premières semaines de l’élection de S. Briois avaient été marquées par des retournements de veste pour le moins spectaculaires. Le plus emblématique était sans doute l’annonce au lendemain des élections qu’il serait finalement impossible de baisser les impôts. Rappelons que le grand axe de campagne de M Briois était justement la baisse des impôts, lui qui annonçait que la mairie dégageait 4 millions d’euros d’excédent et qu’il serait très facile de redistribuer 1 million à la population par la baisse des impôts locaux

Mais que les électeurs FN se rassurent, Leur maire va finalement honorer sa première promesse de campagne (qui semble donc compter beaucoup plus que la baisse des impôts). On peut imaginer que les héninois et beaumontois vont voir leurs quotidien s’améliorer nettement: la Ligue des droits de l’Homme va être expulsée de son local comme le rappelle Libération sur son site:

« C’est le premier geste politique de Steeve Briois, le maire FN d’Hénin-Beaumont. Il a suspendu la subvention accordée à la Ligue des droits de l’Homme, section Hénin-Carvin, et lui a prié de déguerpir du local municipal qu’elle occupait »

Ce qui semble le plus compter pour les nouveaux élus de notre ville est donc de régler des comptes personnelles avec certaines associations. Le parti d’extrême droite s’attaquera sans aucun doute à toutes les associations qui ne partageront pas ses valeurs (Force est de constater que les droits de l’Homme ne font pas partie de ces valeurs). Qu’en sera-t-il des associations des anciens combattants qui, exerçant leur simple devoir de mémoire, rappelaient pendant la campagne municipale, les dangers historiquement prouvés que représentait l’arrivée au pouvoir d’un parti d’extrême droite.

M Briois a également démontré les limites qu’il entrenait avec la liberté de la presse et la liberté d’expression. Difficile pour lui d’accepter que les médias nationaux relaient sa décision selon L’express.fr:

Le nouveau maire a critiqué dans le même communiqué France Info, qui avait fait état le premier de sa décision, s’étonnant qu’une « pseudo journaliste » fasse « la une de l’édition matinale »

 

Le nouveau maire a critiqué dans le même communiqué France Info, qui avait fait état le premier de sa décision, s’étonnant qu’une « pseudo journaliste » fasse « la une de l’édition matinale
En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/actualite/politique/henin-beaumont-la-ligue-des-droits-de-l-homme-expulsee-par-le-maire-fn_1506948.html#a3y50gMrMJjgpCow.99
Le nouveau maire a critiqué dans le même communiqué France Info, qui avait fait état le premier de sa décision, s’étonnant qu’une « pseudo journaliste » fasse « la une de l’édition matinale
En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/actualite/politique/henin-beaumont-la-ligue-des-droits-de-l-homme-expulsee-par-le-maire-fn_1506948.html#a3y50gMrMJjgpCow.99
Le nouveau maire a critiqué dans le même communiqué France Info, qui avait fait état le premier de sa décision, s’étonnant qu’une « pseudo journaliste » fasse « la une de l’édition matinale
En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/actualite/politique/henin-beaumont-la-ligue-des-droits-de-l-homme-expulsee-par-le-maire-fn_1506948.html#a3y50gMrMJjgpCow.99
Vidéo

Leçon de démocratie, version FN

Dimanche 30 mars, avait lieu le premier conseil municipal d’intronisation à Hénin-Beaumont. Une occasion unique pour le FN de montrer enfin son visage démocratique. Les espoirs des citoyens d’Hénin-Beaumont sont vite redescendus à la vue des dizaines de cars de CRS présents en ville. Bien avant le début du conseil municipal, un cordon de CRS faisait le tri devant l’hôtel de ville entre personnes autorisées à entrer dans la mairie et les autres.

Ambiance de camp retranché, ce matin, devant l’hôtel de ville d’Hénin-Beaumont où un cordon de CRS avait été diligenté pour éviter tout débordement. Une tâche effectuée avec zèle puisque, si tous les militants de la LDH, SOS Racisme ou du Parti de Gauche ont été tenus à distance, des citoyens non engagés ou le blogueur héninois, Octave Nitkowski, ont eu aussi été désignés comme persona non grata. Un choix sécuritaire délibéré, contesté avec vigueur par le groupe des exclus, venant s’ajouter à un fait surprenant, la grand porte de l’hôtel de ville étant apparemment restée ouverte toute la nuit…                                                          http://www.lavoixdunord.fr

Blocage

Le préfet a d’ailleurs confirmé le filtrage mis en place sans évoquer les critères qui permettaient ou non d’assister à la séance d’après Lefigaro.fr

Contactée, la préfecture du Nord-Pas-de-Calais reconnaît l’existence d’un dispositif policier mis en place pour interdire l’accès à certains à la salle.

Comment a réagi le nouveau maire d’Hénin-Beaumont à cette manœuvre? Ne doit-il pas garantir, de par sa fonction, l’accès à tous les citoyens à un conseil municipal? Et comment explique-t-il que ses amis parisiens aient eu accès au Conseil pendant qu’à l’extérieur, de simples citoyens héninois étaient refoulés?

On entend d’ici M Briois dire qu’il n’est en rien responsable de cette mascarade donc permettons-nous d’ores et déjà de lui rappeler la loi:

Les séances du conseil municipal sont publiques (Art L2121-18 CGCT). Le maire ne peut réserver l’accès de la salle du conseil aux seules personnes munies de cartes d’invitation distribuées par lui ou par les conseillers municipaux (CE 30 novembre 1979, Parti de libération coloniale de la Guyane française).

Plus grave, les nouveaux élus de la majorité ont également montré leurs dangereuses limites démocratiques au cours de l’intronisation de M Briois. Celui-même qui réclamait une opposition constructive la veille sur son blog, a laissé les sympathisants FN huer les conseillers municipaux de l’opposition à chaque fois qu’ils ont pris la parole comme l’indique le Nouvel Observateur sur son site internet:

Par ailleurs, la chef de file écologiste Marine Tondelier a indiqué son souhait que sa commune ne devienne pas un « Disneyland du FN », sous les huées des sympathisants frontistes.

N’est-ce pas au premier magistrat de la cité de faire respecter ce principe démocratique élémentaire d’un conseil municipal, à savoir: faire respecter l’ordre au sein du public du Conseil Municipal. Comment un maire qui ne sait même pas faire respecter l’ordre au sein d’un Conseil Municipal peut-il prétendre faire respecter l’ordre (vous vous rappelez, la grande idée de son programme) dans une ville de 26 000 habitants?

Il faudra peut-être vérifier lors du prochain conseil municipal si des huées envers les conseillers FN sont autant tolérées par le Maire que les huées reçues par M Binaisse et Mme Tondelier ce dimanche. J’en doute…

Les masques tombent plus vite qu’on ne le pensait mais on ne peut pas vraiment s’étonner de ces premières dérives  d’un parti aux racines profondément anti-démocratiques.

 

Plus que jamais, il faut se mobiliser. Soyons des citoyens vigilants

 

Le probable futur adjoint à la culture compare les figurants de Yannick Noah à des singes!

Alors que la Voix du Nord vient de publier un article sur Christopher Szczurek, il y a de quoi s’inquiéter de sa probable future désignation comme adjoint à la culture à la mairie d’Hénin-Beaumont. En effet, il ne faut pas remonter bien loin pour découvrir les thèses culturelles nauséabondes de ce jeune fidèle de S. Briois. Le 5 mars dernier, sur son compte twitter, il n’hésite pas à comparer les figurants du spectacle de Yannick Noah à des « sagouins »:

Image

Voici donc le futur responsable de la vie culturelle héninoise qui compare les artistes qui participent au spectacle de Yannick Noah à une espèce de singe, originaire d’Amérique du Sud et plus communément connue sous le nom de Tamarin:

ImageCette attaque nauséabonde était passée inaperçue il y a trois semaines. Elle prend un tout autre sens maintenant que l’on sait que Christopher Szczurek sera sans doute le nouveau responsable des relations entre la mairie et les associations et équipements culturels de la ville d’Hénin-Beaumont. A l’image des municipalités gagnées par des candidats d’extrême droite en 1995, les habitants d’Hénin connaîtront-ils une décadence sans fin de la culture dans leur ville alors que de nombreux investissements (L’Escapade, médiathèque) annonçaient un bel avenir grâce au travail de l’équipe sortante?…La question semble légitime